25 ans d’actions pour une Loire Vivante

Par 31 octobre 2011 actualités

Pour célébrer les 25 ans d’engagements du WWF France, de SOS Loire Vivante, de la Frapna, et de nombreuses autres associations et personnes, pour une Loire vivante, la présidente du WWF France, Isabelle Autissier visitait les 17 et 18 octobre les hautes vallées de la Loire et de l’Allier pour le lancement du document ci-après :

[issuu width=550 height=389 shareMenuEnabled=false backgroundColor=%23222222 documentId=111031120524-66bd1501dc2a45b998a19b5aa3d0c568 name=50_answwf_loire.2011.10.03_web username=clav42 tag=25%20ans unit=px id=e441c660-c8fd-323a-dcf5-c81fc2161b7c v=2]

En 1989, trois ans après la création du réseau Loire Vivante , SOS Loire Vivante avait lancé, avec le soutien de la population de la Haute-Loire et de nombreuses associations l’occupation pacifique de Serre de la Fare, qui allait devenir le site emblématique de la résistance aux grands barrages alors prévus sur la Loire. En 1994, la plupart des ouvrages ont été abandonnés, remplacés par un programme de gestion durable, le « Plan Loire Grandeur Nature » , un modèle à l’échelon international.

« Que ce soit dans le domaine de la gestion du risque naturel d’inondations, avec le programme de travaux alternatifs engagé à Brives-Charensac, en remplacement du projet de barrage de Serre de la Fare ou dans celui de la conservation des espèces menacées, avec l’effacement du barrage de Saint Etienne du Vigan, la construction du Conservatoire National du Saumon Sauvage et le remplacement à venir du barrage de Poutès, le Plan Loire a montré sa capacité à mettre en place concrètement la gestion durable d’un fleuve exceptionnel à l’échelle de l’Europe », a déclaré le président de SOS Loire Vivante / ERN France, Roberto Epple.

« Quand je vois tout le chemin accompli, le rayonnement de la Loire dans le réseau du WWF, qui exporte le « modèle Loire » jusqu’en Chine, je suis fier de ce que nous avons fait, tous ensemble, pour changer le regard sur les fleuves », a renchéri Martin Arnould, chargé de programme « rivières vivantes » au WWF France.

Il ne s’agit pas simplement de fêter un quart de siècle d’engagements divers pour la Loire sauvage, mais de poursuivre l’action des associations, confortée par le Grenelle de l’Environnement.

Elles portent, en lien avec les élus, établissements, collectivités du bassin (Conseil Général de Haute-Loire, Conseil Régional d’Auvergne et Etablissement Public Loire) des projets propices au rayonnement et à la protection du haut bassin, dont la création d’une Réserve Naturelle Régionale sur les 380 ha du site de Serre de la Fare.

Mais le WWF France et SOS Loire Vivante vont plus loin et sont partenaires pour la mise en place d’une Réserve de Biosphère-Unesco sur les hautes vallées de la Loire et de l’Allier. Afin de porter ce dernier projet, un collectif sera formé qui aura pour mission de rechercher les moyens, notamment financiers, nécessaires à l’obtention du prestigieux label de Réserve de la Biosphère. Une souscription nationale sera également lancée dans les mois à venir pour mobiliser les citoyens et mener des actions.

Les associations tiennent aussi à marquer leur soutien au projet du Parc Naturel Régional des gorges de l’Allier et de la Margeride. « Créer un Parc Naturel Régional est très important pour aider au retour du saumon et des poissons migrateurs, trop longtemps oubliés dans la culture locale, ce qui nous oblige à un profond changement des mentalités », a souligné Patrick Martin, directeur du Conservatoire National du Saumon Sauvage de Chanteuges.

« La coopération d’aujourd’hui entre les acteurs qui hier s’affrontaient, en particulier entre l’EP Loire et les ONG est exemplaire d’une évolution créatrice, concrète, des mentalités et des pratiques, qui démontre que l’écologie, la protection des ressources naturelles sont créateurs de richesses et d’emplois pour les territoires ruraux. Il faut développer cet esprit de coopération, encore neuf en France, d’autant qu’il y a encore de grands défis à relever, comme celui de la qualité de l’eau dans les gorges de l’Allier, un sanctuaire du saumon qui n’a pas les eaux limpides qu’il mérite », a conclu Isabelle Autissier.

Document 25 ans d’actions pour une Loire Vivante au format pdf |   Affiche 25 ans d’actions au format pdf