Opération “Retour à l’envoyeur” / Nettoyage de la Semène

Communiqué de presse – 01 mai 2015
Fête du travail, mais le Collectif reste au turbin…

Déchets oubliés par la reconstruction du barrage des Plats sur la Semène : opération “retour à l’envoyeur”

DSC00232En oubliant tout débat, toute prise en compte de la biodiversité, tout intérêt pour les alternatives efficaces, toute économie du rare argent public, en oubliant les évolutions en matière de gestion durable de la ressource en eau et des hydrosystèmes, le Syndicat des Barrages de Firminy a reconstruit le barrage des Plats, sur la plus belle rivière du
département de la Loire, la Semène.
Le Syndicat des barrages et l’entreprise qui a construit l’ouvrage, Bouygues, un peu distraits, ont aussi oublié autre chose : des déchets. Toutes sortes de déchets. Ils ont laissé en amont, en aval du site, dans le lit de la rivière, des dizaines de kilos de débris divers, plastiques, ferrailles, restes de béton, tuyaux, coffrages qui n’ont à priori rien à faire dans un site qui aurait du être classé en « réservoir biologique », tant sa biodiversité était riche.

Une contribution particulière à la lutte contre le changement climatique

Il y a bien sûr des macro-déchets, les déchets solides, les plus visibles. Mais il y a pire, un pire à venir. Le Syndicat des Barrages a rempli le réservoir, en catimini comme il en a l’habitude et il a oublié, encore, d’enlever la végétation dont les centaines de jeunes arbres qui avaient commencé à repousser de belle manière dans le fond de vallée, après le percement du premier barrage en 2006. Les pins sylvestres, saules, aulnes, bouleaux, hop, engloutis en plein printemps.
Tout de monde végétal va lentement se décomposer sous les 1,5 millions de m3 d’eau de la retenue d’eau stagnante. A terme, ce sont des dizaines de tonnes de méthane qui vont être larguées dans l’atmosphère, car il n’y a pas que les lacs de barrages en climat tropical qui émettent des quantités massives de gaz à effet de serre, comme l’ont montré diverses recherches. Le méthane est, rappelons-le, un gaz à effet de serre 25 fois plus puissant que le CO2.
C’est la contribution à l’envers du Syndicat des barrages à la lutte contre le changement climatique, dans un pays qui va héberger la COP 21 à Paris en décembre prochain. La retenue des Plats ne sera certes pas le barrage de Petit Saut, en Guyane, qui est une véritable usine à effet de serre, mais tout de même. Sur un territoire qui a l’ambition de devenir un TEPOS un Territoire à Energie Positive, en suite d’une belle initiative de Saint-Etienne Métropole, cela fait désordre.

pano_002

Les déchets remis à leur émetteur à Firminy, par le CLAV, enfin une table ronde ?

Ce syndicat, qui a pris tout le monde pour des cloches en reconstruisant cet ouvrage inutile et imposé, a décidément tout oublié, avec, le soutien appuyé de l’Etat local qui l’a laissé agir à sa guise, à rebours des évolutions nationales utiles en matière de gestion de la ressource en eau. Il est temps de réparer, et de rendre des comptes. En attendant, les associations du Collectif Loire Amont Vivante ont décidé de faire un premier nettoyage du site, d’enlever les débris accumulés dans la rivière, pour éviter qu’ils n’aillent polluer la partie aval de la Semène qui, rappelons le, fait l’objet d’un Contrat de Rivière d’un montant de 8 millions d’euros.
Elles ont entreposé, provisoirement, les déchets, triés, devant la mairie de Firminy qui les enverra sans doute dans les déchetteries adaptées. Pour les gaz à effet de serre, cela sera plus difficile. Les ONG réclament toujours, en vain depuis 2011, une table ronde pour enfin mettre à la hauteur nécessaire la réflexion collective pour une gestion durable de l’eau sur un territoire qui mérite mieux que du béton, des déchets et de l’oubli.

telecharger au format pdf

Aller plus loin :

Album photo : bit.ly/1OLsLwi

Emanations de méthane en zone tempérée (Le Monde) : bit.ly/1JDQMSh

Dams and Greenhouse Gas Emissions (International Rivers) : bit.ly/1EFWVdP