Barrage des Plats – Données économiques

Données économiques du barrage des Plats  – source : Antoine Lardon

les-plats-mur-perce-03-06Vente d’eau brute au Syndicats des Eaux de la Semène

Dans l’arrêté préfectoral du 23 août 1955, signé par le préfet de la Loire les droits et devoirs du propriétaire sont clairement établis.

L’article 4 fixe la répartition du débit à dériver entre la ville de Firminy et les communes rurales…sic « Un débit continu sera réservé pour l’alimentation des communes rurales (Saint Just Malmont, St Ferréol d’Auroure, Saint Victor-Malescours, Jonzieux, Saint Didier en Velay, notamment) dans la limite d’un maximum de 23,5 l/seconde. Cette alimentation sera assurée quel que soit le débit instantané prélevé par la ville de FIRMINY pour ses propres besoins. »

Dans la convention de 1957 entre la ville de Firminy et le Syndicat des Eaux de la Semène le débit et le prix de l’eau sont fixés. Le prix de l’eau est fixé à 10 francs le mètre cube. Ce prix, fixé avant la construction du barrage, était indexé sur le coût final de la construction du barrage. En 1957 le coût prévisible de la construction du barrage, de la dérivation des eaux usées de St Genest-Malifaux, de la conduite forcée entre le barrage et la station de Lherbret et de la station de jaugeage était estimé à 377 millions de francs. Le prix de vente de l’eau était aussi indexé sur l’indice des prix de gros publié par l’INSEE.

Il était prévu de surélever le barrage jusqu’à la cote de 921,20 mètres, soit 4,20 mètres de plus que la côte actuelle. A posteriori que faut-il penser d’un tel projet face à la fragilité du mur constatée aujourd’hui !

Le 15 octobre 1987, soit 30 ans après la convention un avenant fut signé toujours entre la ville de Firminy et le Syndicat des Eaux de la Semène. Ce document abordait le volume d’eau fourni au Syndicat et une nouvelle formule de prix du mètre cube d’eau brute.

– Le débit passe de 23,5 à 40 litres par seconde, cela démontre, encore une fois, que Firminy n’a pas besoin de l’eau brute du barrage des Plats puisque dans le même temps le prélèvement maximum sur le barrage reste fixé à 45 litres par seconde.

– Le prix de vente fait désormais référence à l’indice des prix à la consommation des ménages « France entière » à la date considérée.

A titre d’information le prix calculé se monte à 0,57 francs le m3 au 1-1-84.

Ce texte reconnaît que la nouvelle tarification représente une augmentation relativement importante et la ville de Firminy accepte qu’elle soit scindée en deux tranches. Mais se couvre sur une éventuelle pénurie d’eau en prévoyant : « Dans une phase transitoire entre l’Etat actuel et l’obtention du règlement d’eau prévue à l’article 4 ci-après, le Syndicat des Eaux pourrait augmenter ses débits progressivement de 25 l/s à 40 l/s à terme avec engagement de rembourser à la ville de Firminy les sommes que celle-ci aurait engagées auprès de la ville de Saint Etienne pour une fourniture éventuelle d’eau provenant de l’aqueduc du Lignon à la suite d’un manque d’eau sur le barrage de Saint Genest-Malifaux. »

Cet accord est stupéfiant car il autorise que les utilisateurs d’eau potable de 9 communes paient deux fois la consommation de l’eau ! De plus on découvre encore la volonté de prélever encore plus et de surélever un barrage, tout ceci sans débat et en catimini.

Le conseil municipal, de la ville de Firminy, du 31 mars 2004 fixe le prix de l’eau vendue au Syndicat des eaux de la Semène à 0,126 euros le m3. Le volume d’eau annuel, étant d’environ 1 millions de m3, ceci représente 126 000 euros. Cette somme est à comparer aux 500 000 euros prévu par Firminy pour vidanger et réparer le barrage des Plats. Les travaux prévus ne représentaient que 4 années de vente d’eau, un retour sur investissement intéressant pour une entreprise ou une collectivité territoriale !

Il serait intéressant de connaître le tarif de l’eau brute actuellement fournie par La Stéphanoise des Eaux au Syndicat des Eaux de la Semène. A notre connaissance le prix payé par Sainte Sigolène est inférieur au 0,126 euros facturés par Firminy.

Le syndicat de Eaux de la Semène indique par la voix de son président dans la Gazette de la Haute-Loire de fin décembre 2005 que ma note est salée ! « Nous achetons de l’eau à Firminy depuis 1958, ce qui représente plus ou moins une somme de deux millions d’euros. Nous ne voyons pas pourquoi, nous devrions participer à ce chantier. Lorsque qu’un propriétaire fait des travaux sur un bâtiment qu’il loue, il ne demande pas à ses locataires de financer une partie du chantier. »

 

Il faut ajouter à cette somme les 1,6 millions d’euros de travaux pour la deuxième source d’approvisionnement sur la conduite du Lignon. Ce sont les utilisateurs finaux du Syndicat qui paient par leurs factures.

Impact sur le prix de l’eau.

La ressource en eau en elle-même est gratuite car l’eau n’appartient à personne, elle est le patrimoine commun.

Mais l’eau a un coût : il faut, pour que chacun puisse en disposer, la rechercher, la capter, la traiter et l’acheminer jusqu’au robinet. Une fois utilisée, l’eau doit dépolluée par des équipements adaptés.

Est-il normal que le prix de l’eau soit laisser aux seules règles du marché, ne faut-il pas une gestion plus globale de la ressource et une fixation du prix plus solidaire pour éviter une fourchette de tarifs trop importante.

Il apparaît aussi que le prix de l’eau a une incidence directe sur la consommation et donc sur la ressource.