Barrage des Plats – Historique

barrage_des_platsHistorique du barrage des Plats  – source : Antoine Lardon

L’alimentation en eau de la ville de Firminy.

Un décret d’utilité publique du 19 octobre 1892 autorise la ville de Firminy à dériver 4000 m3 d’eau par jour de l’Echapre pour alimenter la population, les services publics et l’industrie. La population desservie s’élevait à 28 700 habitants (Firminy 20 000, Unieux 5 700, Fraisses 3 000).Les travaux du barrage de l’Echapre furent adjugés le 20 mars 1894 à l’entreprise Sanfourche. Haut de 37 mètres, long de 160 mètres le barrage contient 970 000 m3 d’eau. Il fut inauguré les 14, 15 et 16 août 1897. L’Echapre ayant des étiages sévères, le barrage devenait insuffisant en période de sécheresse. De plus le réseau n’était pas étanche et les besoins de l’industrie étaient énormes environ 8 fois plus importants que ceux des particuliers. En 1934, l’Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées proposa la construction d’un deuxième barrage en amont, haut de 43 mètres et d’une contenance de 1 230 000 m3, cette solution ne fut pas retenue car trop onéreuse.
D’autres suggestions furent faites comme pomper l’eau de la Loire au Pertuiset ou surélever le barrage en service ou encore : « dériver les eaux de la Semène près de St Genest Malifaux et de les amener par gravité dans la vallée de l’Echapre au moyen d’une rigole en pente faible passant par Lherbret à la cote 900 ».

Cette solution fut reprise en 1955 par la construction du barrage des Plats à Saint Genest Malifaux.

Au début des années 50, les élus de Firminy prévoyaient un doublement de la population de la ville. Alimentée par le barrage de l’Echapre situé sur la commune de Saint Just Malmont, cette ressource doit au vu du développement futur être insuffisante.

C’est pourquoi en 1956, la commune de Firminy fait construire sur la commune de St Genest-Malifaux, et avec l’accord des élus de l’époque, le barrage des Plats.

Un certain nombre d’ouvrages d’assainissement sont financés par la ville de Firminy à titre de mesures compensatrices mais aussi pour protéger la ressource (par exemple, la mise en place d’un collecteur de 2,5 km pour le contournement de la retenue d’eau des eaux usées de la commune, participation à certains travaux d’assainissement, etc.).

Barrant la rivière, ce barragepoids a une capacité de 1,6 million de m3.

Il doit, via une conduite forcée, réalimenter le barrage de l’Echapre qui se situe dans une autre vallée mais à une altitude moindre. Neuf communes de la Loire et de la Haute-Loire ayant des difficultés d’approvisionnement en eau potable profitent de la ressource ; elles se regroupent en créant le Syndicat des Eaux de la Semène, et achètent l’eau à la ville de Firminy (0,83 F/m3 en 1995 et 0,126 €/m3 en 2005).

La ville de Firminy n’a jamais connu le développement escompté, l’industrie consomme beaucoup moins d’eau, le seul vrai utilisateur de la réserve d’eau potable est le Syndicat des Eaux de la Semène.

Dès les années 70 la nécessité de protéger cette ressource d’eau se fait ressentir. Alors débute la première réunion de concertation pour l’élaboration d’un périmètre de protection. La discussion s’éternisera jusqu’en 1988 entre les deux communes pour savoir qui financera les travaux nécessaires. Pour la commune de Saint Genest Malifaux la présence du barrage est vécue comme une contrainte, de plus l’état du réseau d’assainissement est défaillant. Ceci a des conséquences très négatives sur la qualité de l’eau en aval du barrage.

De rapport d’expert en échec de négociation et de non réalisation de travaux le barrage est eutrophié en 1979.

En 1993, la commune de Saint Genest Malifaux décide de prendre à son compte les travaux de réparation du réseau. Ainsi il a fallu 20 ans pour construire une station d’épuration digne de ce nom à Saint Genest Malifaux. La station tant attendue par les utilisateurs en aval du barrage a été mise en service en janvier 2001. La qualité de l’eau s’en est rapidement ressentie.

Au même moment, la ville de Firminy débute les études sur le périmètre de protection. Ce périmètre n’est toujours pas validé aujourd’hui.

La conduite forcée qui relie les deux barrages de Firminy est en très mauvais état, ainsi en 2003 pour soutenir le débit de l’Echapre c’est une vanne du brise charge de la Chaize qui fut ouverte, créant un talweg et une forte érosion du ruisseau de la Digonnière, affluent de l’Echapre.

Lors de la vidange totale du barrage de l’Echapre en 1997 c’est l’eau du Lignon qui a été utilisée par Firminy.

Après avoir manqué d’eau la ville de Firminy n’a utilisé l’eau de la Semène que durant la sécheresse 2003. Le reste du temps la ville se transforme en marchand d’eau pour les 9 communes desservies aujourd’hui par le Syndicat des Eaux de la Semène.

Voir tableau ci dessous indiquant l’évolution démographique des 4 communes desservies par la ville de Firminy :

communes

1982

1990

1999

évol 82/90 (nb)

évol 82/90 (%)

évol 82/99 (nb)

évol 82/99 (%)

Firminy

24113

23123

19297

-990

-4,11%

-4816

-19,97%

Fraisses

3854

3897

3939

43

1,12%

85

2,21%

Unieux

8265

8064

8339

-201

-2,43%

74

0,90%

Saint Paul en Cornillon

1045

1122

1304

77

7,37%

259

24,78%

TOTAL

37277

36206

32879

-1071

-2,87%

-4398

-11,80%

Le Syndicat des Eaux de la Semène.

Ce syndicat a été crée en 1957, il achète l’eau brute à la ville de Firminy, il assure la fourniture d’eau potable à 9 communes. Le débit cédé est limité à 40 l/sec. Ce débit est aujourd’hui limite compte tenu de l’évolution de la population de ces communes et du développement du tourisme. L’augmentation des besoins se produit en période d’étiage sévère.

Voir tableau ci-dessous indiquant l’évolution démographique des 9 communes desservies par le Syndicat des Eaux de la Semène :

communes

1982

1990

1999

évol 82/90 (nb)

évol 82/90 (%)

évol 82/99 (nb)

évol 82/99 (%)

Dunières (en partie)

3014

3009

2949

-5

-0,17%

-65

-2,16%

La Chapelle d’Aurec

311

406

626

95

30,55%

315

101,29%

Pont Salomon

1341

1637

1664

296

22,07%

323

24,09%

Saint Ferreol d’Auroure

1240

1775

2052

535

43,15%

812

65,48%

Saint Just Malmont

2885

3668

3951

783

27,14%

1066

36,95%

Saint Pal de Mons

1423

1542

1748

119

8,36%

325

22,84%

St Romain Lachalm

640

693

831

53

8,28%

191

29,84%

Saint Victor Malescours

375

476

673

101

26,93%

298

79,47%

Jonzieux

892

1034

1038

142

15,92%

146

16,37%

TOTAL

12121

14240

15532

2119

17,48%

3411

28,14%

Trois nouvelles communes demandent leur adhésion au Syndicat des Eaux de la Semène.

Il faut savoir que deux communes Saint Didier en Velay et La Séauve sur Semène utilisent l’eau de la Semène par un captage direct sur la Semène à la Clare commune de Saint Didier en Velay. La population de ces deux communes approche les 4 500 habitants.

Depuis septembre 2005 le Syndicat des Eaux de la Semène achète l’eau brute du Lignon par une conduite reliant la conduite du Lignon au Chambon-Feugerolles et la station de traitement de Lherbret sur la commune de Saint Just Malmont. Ce branchement a été financé par le Syndicat. La ville de Firminy dispose du seul barrage de l’Echapre et de la possibilité d’utiliser de l’eau du Lignon comme en 1997.

Rejoindre la discussion Un commentaire

  • Bouillo dit :

    Merci pour votre action en faveur de votre lutte contre le barrage des Plats.
    Je m’y inscrit totalement.
    D.Bouillo