Conférence de presse CABL Andrézieux

Par 29 septembre 2009 actualités

CONFÉRENCE DE PRESSE

MaJ du 18.11.2009 : article paru dans Le Progrès du 02.10.2009 :              2009.10.02 CABL - Le Progrès

ou lien vers la revue de presse du CLAV

MaJ du 21.10.2009 : article sur le CLAV et le projet CABL dans l’Essor : essor_16-22102009_1
ou lien vers la revue de presse du CLAV

MaJ du 04.10.2009 : interview de Thierry Gardette sur TL7 : lien vers la rediffusion

MaJ du 02.10.2009 : un premier retour dans le Progrès : lien vers article

img_1141_cropped_1CABL à Andrézieux-Bouthéon – le 1er Octobre à 9h30

Le référendum qu’’avait promis le maire n’’aura visiblement pas lieu.

Il se réduit à une simple consultation. Suite aux affirmations inexactes, voire trompeuses, parues dans la plaquette de consultation de la population de M. Schalk, maire d’Andrézieux-Bouthéon, dans laquelle il est indiqué que le CABL n’est pas en zone inondable, les ONG du Collectif Loire Amont Vivante ont décidé d’organiser une Conférence de Presse le Jeudi 1 Octobre, à 9h30 Andrézieux sur le site prévu pour la construction du CABL. Pour mieux comprendre les raisons de préserver ces zones alluviales.

Avec la présence de Martin ARNOULD (Rivières Vivantes, WWF), Thierry Gardette (Les Amis du Bord de Loire) ainsi que d’autres membres du Collectif Loire Amont Vivante

 

Communiqué de presse

Projet de construction d’une salle de 2700 places en zone inondable à Andrézieux-Bouthéon :

Les spectateurs risquent de boire le bouillon !
img_1124_1A Andrézieux-Bouthéon, dans la Loire, la municipalité s’obstine à vouloir construire dans l’espace alluvial une salle de spectacles de 2700 places. Le Tribunal Administratif de Lyon a récemment donné au maire l’autorisation de lancer le chantier d’un équipement qui n’a pas du tout sa place dans une zone inondable. Cette décision intervient après que le maire d’Andrézieux-Bouthéon a déposé deux permis de construire, modifié deux fois le premier et subi quatre revers, notamment pour non respect du Plan de Prévention des Risques Naturels d’Inondations suite aux recours déposés par l’association des Amis des Bords de Loire.
Les plaines alluviales encore épargnées sur les bords de Loire dans le département doivent être jalousement protégées par la collectivité, pour le bien être des habitants. Les services écologiques rendus par ces espaces naturels : vases naturels d’expansion des crues, activités économiques agricoles, maintien de la biodiversité (trame bleue du Grenelle de l’Environnement), stockage d’eau potable dans les nappes d’accompagnement, zones de délassement et d’activités de loisirs pour les riverains des zones urbaines, paysages rares valent plus qu’une énième artificialisation qui aggravera les conditions d’écoulement de l’eau. Les bords de Loire et le fleuve lui-même ont suffisamment souffert des 50 années de développement non durable pour que ces espaces intacts soient épargnés.
Un chantier contre le Plan Loire Grandeur Nature et la Directive Inondations de l’Europe.
img_1127_1L’obstination de la commune est dangereuse et anachronique. La réduction de la vulnérabilité au risque naturel d’inondations est au cœur des politiques d’aménagement des collectivités du bassin, dans le cadre du Plan Loire Grandeur Nature lancé en 1994. Sa mise en œuvre, à Brives-Charensac, 80 km en amont, a conduit à enlever trois usines et des habitations trop exposées. Sur l’aval, à Blois, dans le déversoir de la Bouillie, des dizaines d’installations imprudemment construites en zone inondable doivent être déplacées. A Andrézieux-Bouthéon, on construit ! Ce alors que, pour harmoniser les pratiques dans l’Union Européenne, une Directive Inondations a été adoptée le 23 octobre 2007, prochainement transcrite en droit national. Elle prévoit, pour la mise en œuvre des futurs Plans de Gestion du Risque d’Inondation (PGRI), une consultation de toutes les parties prenantes et un travail pédagogique, d’éducation et de prévention à destination des acteurs sur les territoires soumis au risque. Rien de tel à Andrézieux-Bouthéon : les cartes de délimitation du risque ont été réalisées plus en tenant compte de la volonté de construire que du risque avéré et le futur PGRI ne pourra que consulter les riverains sur un risque…amplifié. La mise en œuvre des plans devra aussi se faire en lien avec les contraintes de protection de la ressource en eau (Directive Cadre sur l’Eau, Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques, Schémas d’Aménagement et de Gestion des Eaux). Bétonner et goudronner les zones inondables sur 2 hectares, construire des parkings de plusieurs centaines de places dans des zones écologiques fragiles n’est pas le meilleur mode de protection de l’eau. Comment Andrézieux-Bouthéon peut-elle s’abstraire du changement culturel en cours ? La crue du 2 novembre 2008 a pourtant démontré la grande vulnérabilité aux crues du secteur même où le maire projette d’installer sa salle de spectacles : alors que le débit du fleuve était moindre qu’en 1980, mais du fait des atteintes répétées à cette zone depuis le début de ce nouveau siècle, l’eau est montée plus haut qu’en 1980 dévastant encore plus les maisons déjà touchées à l’époque et envahissant des maisons construites avant cette date et qui n’avaient jamais été inondées.
Les bords du dernier fleuve sauvage d’Europe méritent mieux, dans la Loire, qu’une salle de concerts qui a toute sa place ailleurs. La culture, c’est aussi notre capacité collective à laisser respirer les fleuves.
Contacts :
Thierry GARDETTE – Association des Amis des Bords de Loire  Tél : 06 30 58 18 77  mail : bordsdeloire@free.fr
Martin ARNOULD – WWF-France  Tél. 04 77 21 58 24  mail : marnould@wwf.fr