Interconnexion des réseaux, une obligation !

Une gestion globale de la ressource EAU, l’exemple de la vallée de l’Ondaine. source : Antoine Lardon

les-gorges-de-la-semeneNous ne pouvons pas aborder cette problématique autrement qu’avec une vision qui dépasse les frontières départementales.

Il faut bien constater que la gestion de la ressource n’a pas fait, non plus, l’objet d’entente entre les communes de la vallée de l’Ondaine, malgré l’existence du Syndicat Intercommunal de la Vallée de l’Ondaine (SIVO).

– Pourquoi la gestion de l’eau des communes de la vallée de l’Ondaine n’est pas globale ?

– Une gestion concernée des retenues sur l’Ondenon, le Cotatay et l’Echapre ne permettrait-elle pas aux communes de la vallée de l’Ondaine de disposer de plus de ressources en eau. De plus la conduite du Lignon passe à proximité de toutes ces communes afin de faire face à des problèmes ponctuels d’alimentation. La Stéphanoise des Eaux n’utilise pas tout le volume d’eau brute du Lignon autorisé par le règlement d’eau du barrage de la Valette.

– Dans le cadre du Contrat de rivière Ondaine, un accord a été trouvé entre les communes de La Ricamarie et du Chambon-Feugerolles pour soutenir l’étiage de l’Ondaine en assurant un débit réservé supérieur à la réglementation actuelle. La ville de Firminy n’a pas répondu à la sollicitation du président du Comité de rivière Ondaine.

– Saint Etienne Métropole regroupant toutes ces communes pouvant soit assurer la compétence soit assurer la globalisation de la gestion de la ressource.

Barrage de l’Ondenon :           volume 400 000 m3 pas utilisé pour l’instant propriété de la                                                             Ricamarie.

Barrage de Cotatay :               volume 790 000 m3 utilisé pour l’AEP du Chambon Feugerolles et                                      La Ricamarie, propriété du Chambon Feugerolles.

Barrage de l’Echapre :            volume 870 000 m3 utilisé pour l’AEP de Firminy, Unieux, Fraisses et                                            Saint Paul en Cornillon, propriété de Firminy.

Une gestion globale sur la vallée de l’Ondaine permet d’accroître la ressource et par une connexion avec la conduite du Lignon de sécuriser l’alimentation en eau brute.

Les communes de l’est de la haute Loire.

Hier les 9 communes desservies par le Syndicat des Eaux de la Semène dépendaient exclusivement de la Semène par le barrage des Plats. Aujourd’hui elles dépendent exclusivement du Lignon par le barrage de la Valette.

Cette absence de sécurité est valable pour beaucoup de communes de la Haute-Loire comme Monistrol et Ste Sigolène. Une étude visant à sécuriser l’approvisionnement en eau brute par un captage sur le fleuve Loire est en cours. Faut-il encore une fois laisser des communes étudier et financer des recherches de ressources sans une réflexion plus globale permettant de réaliser des économies d’échelles.

Le Lignon fournit environ 14 000 000 m3 par an d’eau brute qui se répartissent :

Saint Etienne                    11 000 000.

Monistrol                            1 100 000

Aurec                                       500 000

Ste Sigolène                           330 000

Les Villettes                            63 000

Syndicat Eaux Semène   1 000 000

Yssingeaux (été)                   123 500

Ce volume d’eau représente un prélèvement moyen de 500 litres/s sur un droit d’eau de 2 100 litres/s. Pour les neuf communes desservies par le Syndicat des Eaux de la Semène et les deux qui prélèvent directement dans la Semène il faut analyser les transferts d’eau intra BV et extra BV.

Communes Entrée d’eau Sortie d’eau Volume m3/an
St Pal de Mons Semène Dunières

100 000

Dunières (en partie) Semène Dunières

7 000

St Romain Lachalm Semène Semène

85 000

St Ferréol d’Auroure Semène Ondaine

140 000

St Just Malmont Semène Ondaine

300 000

Pont Salomon Semène Semène

110 000

St Victor Malescours Semène Semène

70 000

La Chapelle d’Aurec Semène Loire

75 000

Jonzieux Semène Semène

90 000

977 000

St Didier en Velay Semène Semène

280 000

La Séauve sur Semène Semène Semène

62 % de l’eau prélevée dans la Semène avant la vidange est transférée dans un autre bassin versant.

Aujourd’hui les 9 communes sont desservies par l’eau du Lignon il y a 355 000 m3 par année pleine d’eau du Lignon transférés dans le bassin versant de la Semène

–  Le barrage des Plats n’est pas utile pour les communes de la vallée de l’Ondaine.

–  Les recettes de la vente d’eau brute par la ville de Firminy ne bénéficient pas au bassin versant de la Semène.

–  Le barrage des Plats conduit à un transfert de 62% de l’eau d’eau du bassin versant de la Semène vers un autre bassin versant.

–  Si une sécurisation de la ressource en eau brute est assurée par le fleuve Loire, le barrage des Plats ne se justifie plus.

–  Le droit de prélèvement d’eau de 45 litres/s sur la Semène ne peut se comparer avec celui de 2 100 litres/s sur le Lignon. Ce droit d’eau permet d’assurer sans problème l’alimentation en eau des communes du bassin versant du Lignon et de la Semène.