Visite du chantier du barrage des Plats

Visite pacifique du chantier du barrage aberrant des Plats, dans la Loire : reprenons, toutes et tous, la Semène sauvage !

telechargement du communiqué au format pdf

Les amoureux de la Semène sauvage ont visité aujourd’hui pacifiquement le chantier de reconstruction du barrage des Plats, sur la Semène, dans le département de la Loire. Ce grand barrage d’alimentation en eau potable, présentant des risques pour la sécurité publique, avait été percé en 2005. L’approvisionnement en eau des communes desservies avait depuis cette date été assuré sans difficultés grâce à un piquage sur la conduite forcée, sous utilisée, qui alimente l’agglomération stéphanoise depuis le grand barrage de Lavalette, en Haute-Loire.

Semene2La reconstruction de cet ouvrage, d’un coût de plus de 6 millions d’euros dont 3 millions d’euros d’argent public, discrètement siphonnés dans les poches des contribuables, est donc inutile : tous les services compétents en charge de la gestion de la ressource en eau ont donné un avis négatif. Mais le lobby acharné du parlementaire UMP de Firminy, M. Dino Cineri ainsi que l’absence inexplicable de contrôle sérieux de l’Etat sur ce projet ont permis l’impensable : le bétonnage d’un joyau, d’une rivière extraordinaire située sur le bassin de la Loire, qui a lancé l’exemplaire Plan Loire Grandeur Nature en 1994.

Un bétonnage qui est un non sens économique !

La Semène héberge la rarissime moule perlière, une belle population de truites farios indigènes, des loutres, des écrevisses à pieds blancs, espèces animales indicatrices d’une biodiversité perdue ailleurs dans le département de la Loire. Elle coule dans des paysages uniques, pour certains inaccessibles. Elle pourrait entrer, à terme, mais sans barrage, dans le « Réseau de Rivières Sauvages » en train d’émerger en France, avec le soutien du Ministère de l’Ecologie, de diverses agences de l’eau, de l’Onema, de nombreuses collectivités territoriales dont le Conseil Régional Rhône-Alpes ou le Conseil Général de l’Ain.

Semene3La visite d’aujourd’hui, soutenue par de nombreuses ONG, réseaux citoyens, acteurs inquiets devant la dégradation continue des milieux naturels d’eau douce, vise à dénoncer un chantier qui n’a pas de sens. Dans un département qui s’efforce par ailleurs de restaurer son capital aquatique, avec notamment le remarquable travail entrepris sur l’Ecopole du Forez, qui vient de fêter ses 20 ans d’existence, il est inconséquent de lancer un chantier qui est en plus un non sens économique. Que vaut-il mieux en effet ? Quelques dizaines d’emplois temporaires le temps d’un grand chantier ou, sur le long terme, à partir du « capital rivière » de la Semène sauvage, des emplois durables, ceux générés par un écosystème en excellent état écologique, au service de tout un territoire et non pas de l’intérêt particulier d’un syndicat de barrage dont le seul but est de vendre de l’eau ?

La Semène appartient à tous. Nous ne pouvons pas la laisser confisquer par une minorité qui n’a pas compris que le monde changeait. Pour la Semène sauvage, indignons-nous, mobilisons nous !

[alpine-phototile-for-picasa-and-google-plus src=”user_album” uid=”107056232166292695763″ ualb=”5887090828813576465″ imgl=”fancybox” dltext=”Picasa” style=”cascade” col=”3″ num=”18″ size=”200″ curve=”1″ align=”center” max=”100″ nocredit=”1″]

Album complet sur Google+

 

Rejoindre la discussion Un commentaire